Ce chêne n'a pas été étêté, comme beaucoup qui sont repartis en têtard. Il lui manque toutefois des basses branches charpentières.

 

Un des points qui m'interpelle le plus, c'est la taille. Des arbres, des arbustes, des vivaces, des graminées...

Dans la démarche éco-conceptrice, les interventions de taille sont réduites car chaque plante est choisie en fonction de l'espace qu'elle va occuper. 

 

Questions et affirmations récurrentes :

"Quand faut-il tailler les hortensias ?" Mais pourquoi faudrait-il tailler les hortensias ? Ils n'ont aucunement besoin de nous pour fleurir d'une année sur l'autre. Ils sont trop grands ? Alors celui qui les a plantés n'a pas anticipé. Pour faire un parallèle, choisit-on un Saint-Bernard comme animal de compagnie quand on roule en Mini ?

Mea culpa, c'est une erreur que je fais aussi, encore, parfois, car il est très difficile d'obtenir des informations fiables sur les dimensions des végétaux à maturité... Dans notre douce Bretagne, où certaines plantes poussent poussent poussent... bien au-dela de ce qui était attendu. Alors, faisons simplement au mieux ! En recherchant des infos, en observant le sol et les plantes environnantes, nous positionnons chaque plante avec l'objectif qu'elle puisse s'épanouir.

 

"Çà leur fait du bien"... Certaines plantes repartent bien après une cépée, d'autres ne s'en remettent pas. Généralement, un arbuste sévèrement taillé repousse en nombreuses branches verticales. Il perd ainsi sa structure originelle, la beauté d'une succession d'axes de pousse qui lui est propre. Et n'oublions pas que chaque branche coupée est une porte d'entrée pour les maladies.

 

"Il a mieux fleuri l'année suivante". Effectivement, c'est un réflexe pour la survie de l'espèce : "Je fais plein de graines, donc de fleurs, pour avoir plein de "bébés"." Même chose pour les vivaces : lorsqu'elles sont taillées pour obtenir une nouvelle floraison, leur objectif est également la production de nouvelles graines, leur production ayant été condamnée par la coupe des fleurs fânées.

 

Comprendre comment une plante vit et grandit permet de créer des jardins beaucoup plus harmonieux. On y ressent le respect, le soin apporté, la douceur.